• Chez Rose : En ce moment je lis.....

     

     

     

     

     

  • Voilou ! pour Marielle un Marché de Noël dans l'esprit d'Hiver ! Tout y était, le Père hiver, les ânes volants, les conteurs, les artistes de cirque en haut d'un mât chinois, le vin chaud, les marrons et tout et tout .... 

    et je suis en photo, déguisée en lutin, à côté du Père hiver ;-)


    14 commentaires
  • Voici quelques livres que j'ai posés sur ma table en attendant la neige. Je viens juste de commencer "Un noël en famille". Un homme se réveille dans un hôpital, suite à un accident de voiture. Le problème c'est qu'il ne reconnait pas la femme qui est à ses côtés et porte le même nom que lui. Une autre est morte à ses côtés lors de l'accident. Peu à peu des bribes de vie remontent à la surface.

    Et j'en suis là !

     

    - décembre- décembre

    - décembre- décembre


    10 commentaires
  •  

    - il pleut, c'est l'automne - il pleut, c'est l'automne

    Mais quel bonheur de rester bien au chaud près du feu .... en dégustant un thé Earl Grey ainsi qu'un roman plein de saveurs !

     

    Ma dernière lecture c'est Bazar Magyar de Viviane Chocas. Souvenirs d'enfance se mêlent aux recettes hongroises, rapportées dans les valises des parents immigrés en France. La langue d'origine est taboue, alors les papilles se vengent et transmettent la culture du Pays des ancêtres. Voici l'extrait de la quatrième de couverture :

    A PROXIMITE DE LA PLACE DE LA BASTILLE, sur le flanc gauche de la rue de Sévigné à Paris, se trouvait dans les années 1970 une petite boutique à la vitrine sombre, à l'enseigne plate, dépourvue de tout signe de richesse. De la rue, on ne percevait ni odeur ni couleur, juste une neutralité de surface propre et polie, qui tenait ses marques sur le trottoir étroit. Poussant la porte du bazar, faite de verre et de bois vermoulu, j'entrais avec confiance, parce que j'y avais été initiée. Conduite par une main paternelle, mais sans explication, comme on se rend chez une vieille tante, qui fait partie de la famille depuis toujours, même si on n'a jamais su au nom de quelle alliance. La porte râpait la clochette de circonstance, et le visage de Mme Suba apparaissait derrière les saucissons en suspension. Une boule de Noël, accrochée en plein coeur des guirlandes de cochon. 

    Serviable et vive, le front ceint de petites bouclettes finement roulées au peigne, Mme Suba me saluait de ses yeux noirs fendus à la verticale, maintenus dans cette curieuse position d'alerte par le rebondi des joues. La poitrine généreuse, au-delà du décolleté dentelé, elle balançait délicatement de ses blanches mains les boyaux remplis de sang et de lard fumé qui pendaient de façon très décorative depuis le plafond, les tâtant avec un sourire entendu. Quand le samedi après-midi en hiver, par bonheur il neigeait une poudre fine et fraîche, avec la chaleur de la boutique la salive me montait de plus belle en bouche. -

    - il pleut, c'est l'automne - il pleut, c'est l'automne !

    - il pleut, c'est l'automne - il pleut, c'est l'automne les photos viennent tout droit de Murmuring cottage 


    7 commentaires
  • Eh bien oui me voila taguée (ici) ... et c'est donc le moment de me remettre à écrire  ... avec grand plaisir :-)

     "Si vous acceptez de participer, répondez aux questions suivantes à propos des livres qui figurent dans votre bibliothèque et faites suivre la chaîne à 5 autres blogueurs ou blogueuses. Faites savoir à celui ou celle qui vous a invité(e) quand vous publierez votre billet pour qu'il ou elle puisse lire vos réponses."

     

    1°) Y a-t-il un livre que vous aimeriez lire mais que vous n'avez pas lu, sachant qu'il vous ferait pleurer ?  

    Là vous allez rire car ça remonte à loin, loin, loin .... -Bookshelf tag : de Fondant

     

    Ma tante avait lu un livre lorsqu'elle était jeune. Ce livre l'avait fait tant pleurer qu'elle n'avait pas pu le terminer ... et donc je n'ai jamais eu le courage de le lire !

    C'est "la petite saharienne" 

     

     

     

     

    2°) Choisissez un livre qui vous a aidé(e) à découvrir un nouveau genre littéraire.-Bookshelf tag : de Fondant

    J'ai découvert l'autofiction avec Catherine Cusset et "la haine de la famille". Avec étonnement je dois dire. C'est bien écrit mais ça laisse une désagréable sensation de voyeurisme.  J'ai lu ensuite Annie Ernaux mais très vite je n'ai pas accroché avec ce genre. Pourtant il parait que c'est Colette qui l'aurait inventé mais bon ... Je trouve qu'il n'y a rien à voir entre "la naissance du jour" et "les confessions d'une radine"

     

     

    3°) Un livre que vous voudriez relire ?-Bookshelf tag : de Fondant

    Là le choix est très difficile ... comment dire ? Hum ... une bonne centaine !

    Allez, Malicroix d'Henri Bosco

     

     

     

     

     

     

    4°) Y a-t-il une série de livres que vous préféreriez ne pas avoir lue ? 

    Non, une "série" c'est impossible. Si un livre commencé me déplaît, je ne m'inflige pas de le continuer alors une série n'en parlons pas !

     

    5°) Si votre maison prenait feu et que votre famille et vos animaux soient sains et saufs, quel livre retourneriez-vous chercher ? 

    Ah difficile le choix !  Je crois néanmoins que je prendrais un livre d'Henri Bosco : "Un oubli moins profond". Tous les livres de Bosco sont un enchantement. Une immersion dans la nature sauvage et ses habitants secrets... chaque livre est une quête, chaque roman une initiation. La trilogie de "l'âne culotte" suivie d'Hyacinthe ... ce sont des livres que je relis ... et relis encore !

    -Bookshelf tag : de Fondant-Bookshelf tag : de Fondant-Bookshelf tag : de Fondant

     

    6°) Y a-t-il un livre sur vos étagères qui vous rappelle de très bons souvenirs ? 

    Beaucoup de livres et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle mes déménagements sont si douloureux ... pour mon dos !

    Le Hussard sur le toit de Jean Giono. Lu d'une traite en seconde, un week end pour en faire le compte-rendu le lundi matin en cours ! Oui oui ce livre me rappelle les années au lycée et c'est bien loin tout ça ! Mais de beaux souvenirs ;-)-Bookshelf tag : de Fondant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    7°) Le livre qui vous a le plus inspiré(e) ? -Bookshelf tag : de Fondant
    Je choisirais Colette "La maison de Claudine" où elle raconte son enfance avec Sido, sa mère, dans le jardin de Saint Sauveur en Puisaye... les fleurs, les souvenirs, la cuisine ...
     
     
     
     
     
     
     
    8°) Avez-vous des livres dédicacés par l'auteur ? 
    Oui le premier a été dédicacé par Henri Vincenot, à mon premier salon du livre à Paris ... ça remonte à fort longtemps : c'est "le pape des escargots" -Bookshelf tag : de Fondant-Bookshelf tag : de Fondant
    Ensuite c'est un livre de Pascal Marmet. Il avait loué une chambre d'hôtes chez ma tante (dans une ville connue pour ses parfums ;-) alors qu'il était en train d'écrire son roman sur le parfum. C'est le livre "A la folie"

     

     
     
     
     
    9°) Quel est le livre que vous possédez depuis le plus longtemps ?
     
    Alors celui-ci je l'ai depuis que je suis toute petite : un cadeau de ma grand mère en allant faire les courses au Prisunic de la même ville connue pour ses parfums !
    -Bookshelf tag : de Fondant

    -Bookshelf tag : de Fondant

     
     
     
    10°) Y a-t-il un livre écrit par un auteur que vous n'auriez jamais imaginé lire ou aimer ?
     
    Oui ! Anais Nin ! Découverte par l'intermédiaire d'Henry Miller que j'aime surtout pour ses descriptions de ses années en Grèce : Le colosse de Maroussi ou l'évocation de sa vie sauvage à Big Sur. Anais Nin écrit de très belles choses sur l'amour et la passion. J'ai lu quelques-uns de ses journaux, surtout ceux qui relatent son aventure passionnée avec Henry Miller-Bookshelf tag : de Fondant

    -Bookshelf tag : de Fondant

     J'ai essayé de mettre les questions en couleur mais sans succès ;-) Merci Fondant pour ce tag !

    Si ce n'est déjà fait, je propose le tag à Topinambulle, L'Or, Marielle, Touloulou et Milly !


    6 commentaires
  • Voici un livre merveilleux. Deux anglaises vivant dans les brumes du Nord tombent sur une annonce : "loue château en Italie au bord de la mer-mois d'avril"

    - Elisabeth von Arnim : Avril enchanté- Elisabeth von Arnim : Avril enchanté

    - Elisabeth von Arnim : Avril enchanté

    - Elisabeth von Arnim : Avril enchanté

    Comme le prix est un peu élevé, voici nos deux amies en quête de colocataires désireuses d'aventures ... une vieille dame snob et une jeune fille richissime et tellement belle qu'on la prend pour un ange tombé du ciel : même très en colère elle semble apporter l'amour sur terre !

    C'est le théâtre de situations bourrées d'humour sur le thème "surtout pas de mari" .... quoique ;-)

                                                            J'ai adoré cette lecture !

    l'article de Fondant est : ici !
    - Elisabeth von Arnim : Avril enchanté


    11 commentaires
  •  

    En vacances pendant trois belles semaines :

    En camping dans la forêt bourguignonne, en canoë sur la rivière avec nos six enfants !

    ça c'est vraiment chouette ;-)

    A très vite !


    8 commentaires
  •  - Henri Vincenot : Prélude à l'aventure Tout jeune, déjà, Henri Vincenot est attiré par la vie sauvage. Avec son épouse et ses trois enfants en bas âge, il acquiert un hameau en ruine au coeur de la Bourgogne. Un lieu difficile d'accès, envahi par la végétation et auquel il va redonner vie. 

    Une lecture magique, pleine de sensations vivifiantes, au rythme des saisons :

    "Hiverner, c'est d'abord entasser des provisions. Provisions de bouche, provisions de combustible, provisions d'esprit. Mais qu'on ne s'y trompe pas: il est plus facile d'hiverner sans viande salée que sans livres, sans projets, sans programme de vie intérieure. L'ennui, c'est le froid de l'esprit"

    "Dix-neuf stères de bois dorment, enchevêtrés, de souvenirs, dans le silence de ma grange.Dix-neuf stères que je suis allé chercher moi-même dans mes montagnes natales et que j'ai débardés, aux jours de canicule, dans mon enclos.(...) En maniant la hache et le passe-partout, j'ai laissé vagabonder mon âme dans l'espace chaud et parfumé, et elle est revenue riche d'une récolte inestimable. Dans un appentis de mon âme, mon esprit a entassé, lui aussi, les idées et les faits, il les a jetés pêle-mêle et je sais que, au dans cette provision, je peux puiser à l'infini, pour remplir les journées d'hiver et pour chauffer toute la famille au feu de mes pensées."

    - Henri Vincenot : Prélude à l'aventure


    7 commentaires
  • Alors comme nous y sommes invitées, c'est avec grand plaisir que je relaye ce très joli texte, écrit par Rosemarie Urquico et   traduit par :

                                   
           un chat de bibliothèque 

     

    -"aime une fille qui lit"

     

     


    Aime une fille qui lit. Aime une fille qui dépense son argent chez le libraire plutôt que dans des vêtements, dont les placards débordent parce qu'elle a trop de livres. Aime une fille qui a une liste des livres qu'elle veut lire et une carte de bibliothèque depuis l'âge de douze ans.

    -"aime une fille qui lit"



    Trouve-toi une fille qui lit. Tu sauras que c'est elle, parce qu'elle aura toujours un livre qui traîne dans son sac. C'est celle qui regarde avec admiration les livres rangés sur les étagères des librairies, qui s'extasie discrètement quand elle a trouvé le livre qu'elle cherchait. Tu vois cette fille bizarre qui respire les pages des vieux livres dans les librairies d'occasion ? C'est elle, la lectrice. Elle ne peut pas s'empêcher de respirer les pages des livres, surtout quand celles-ci sont jaunies et fatiguées.

    C'est celle qui lit en passant le temps dans le café au coin de la rue. Si tu regardes sa tasse, tu remarqueras que le café a refroidi, parce qu'elle est déjà complètement absorbée par son livre. Perdue dans le monde imaginé par l'auteur. Assieds-toi. Peut-être te lancera-t-elle un regard, car la plupart des filles qui lisent n'aiment pas être dérangées. Demande-lui si elle aime son livre.

    Propose-lui une nouvelle tasse de café.

    -"aime une fille qui lit"



    Dis-lui ce que tu penses vraiment de Murakami. Demande-lui si elle a dépassé le premier chapitre deFellowship. Comprends bien que si elle te dit qu'elle a compris Ulysses de James Joyce, elle dit ça juste pour avoir l'air intelligente. Demande-lui si elle aime Alice ou voudrait être elle.

    C'est facile d'aimer une fille qui lit. Offre-lui des livres pour son anniversaire, Noël et toutes les autres fêtes. Offre-lui des mots, des poèmes et des chansons. Offre-lui Neruda, Pound, Sexton et Cummings. Montre-lui que tu as compris que les mots sont de l'amour. Il faut que tu comprennes qu'elle connait la différence entre les livres et la réalité, mais que malgré tout, elle essayera quand même de faire que sa vie ressemble un peu à son livre préféré. Ce ne sera jamais de ta faute si c'est le cas.

    Il faut qu'elle essaie.

    Mens-lui. Si elle comprend la syntaxe, elle comprendra que tu as besoin de mentir. Derrière les mots se cachent d'autres choses : des raisons, des valeurs, des nuances et des dialogues. Ça ne sera pas la fin du monde.

    Déçois-la. Parce qu'une fille qui lit sait que les déceptions précèdent toujours des sommets d'émotions. Parce qu'une fille qui lit comprend que toutes les choses ont une fin, mais qu'on peut toujours écrire une suite. Qu'on peut recommencer encore et encore, et rester le héros. Que dans la vie, il y a toujours un ou deux méchants.

    Pourquoi avoir peur de tout ce que tu n'es pas ? Les filles qui lisent comprennent que les gens, comme les personnages, peuvent évoluer. Sauf dans Twilight.

    Si tu trouves une fille qui lit, ne la laisse pas t'échapper. Si tu la retrouves à 2 heures du matin, serrant un livre contre elle et pleurant, prépare-lui une tasse de thé et prends-la dans tes bras. Tu la perdras sûrement pour quelques heures, mais à la fin, elle reviendra toujours. Elle parlera comme si les personnages du livre existaient vraiment, parce qu'ils existent toujours, l'espace d'un instant.-"aime une fille qui lit"

    Tu la demanderas en mariage dans une montgolfière. Ou à un concert de rock. Ou l'air de rien, la prochaine fois qu'elle sera malade. Par Skype.

    Tu souriras tellement que tu te demanderas pourquoi ton cœur n'a pas encore éclaté. Tu écriras l'histoire de vos vies, vous aurez des enfants avec des noms étranges, des goûts étranges aussi. Elle fera découvrir Le chat chapeauté et Aslan à vos enfants, peut-être même les deux dans la même journée. Vous passerez vos vieux jours en vous promenant bras dessus, bras dessous, et elle récitera doucement Keats pendant que tu feras tomber la neige de tes bottes.

    Aime une fille qui lit, parce que tu le mérites. Tu mérites une fille qui peut, par son imagination, parer ta vie de mille couleurs. Si tu n'es capable de lui offrir que de la monotonie, des idées ternes et des demi-mesures, mieux vaut rester seul. Si tu veux le monde entier, et tous ceux qui se cachent derrière, aime une fille qui lit.

    Encore mieux, aime une fille qui écrit.-"aime une fille qui lit"


    6 commentaires
  • Angelina Lanza Damiani (1879-1936), poétesse et pronatrice d'une vie intense et secrète, compte parmi les plus grandes voix de la Sicile du XXe siècle ; son exigence d'élégance et de discrétion, fondée sur une quête spirituelle profonde, s'associe dans ce livre à une délicatesse de perception et de description comme soyeuse. "C'est ici le récit de tout un long été passé à des époques différentes dans une maison de la montagne sicilienne", écrit Emilio Bodrero, "de la fin d'un printemps au début d'un hiver. On arrive au petit village à dos de mulet, et pourtant tout un vaste monde, physique et moral, est renfermé dans ce peu d'horizon. Le paysage, avec sa vie, ses joies et ses tragédies, est décrit avec une sagesse si sobre et incisive que la plus parfaite évidence nous en est donnée. Les événements qui s'y déroulent sont racontés avec l'ampleur et la richesse d'une synthèse, sans la moindre présence indiscrète de l'auteur. Mais surtout, les types qui peuplent ce pays sont modelés comme les protagonistes d'un bas-relief grandiose : figures sculpturales d'une vie profonde, tout comme l'incendie d'une forêt, la fête d'un village, le sort des arbres - autant de drames où vibre une passion intense retenue par le sentiment presque immobile d'une donnée primitive. Chacun des trente chapitres de ce livre est une oeuvre d'art qui semble ne pas appartenir à la littérature en prose, mais à la peinture ou à la sculpture, à la musique ou à la poésie tout ensemble.Angélina Lanza Damiani : La maison dans la montagne

    Angélina Lanza Damiani : La maison dans la montagne

    Comme d'habitude, ce n'est pas moi qui le dis mais la quatrième de couverture ...

    Que dire, sinon que j'ai a-do-ré cette lecture ?

    Je suis allée avec Angélina goûter au silence habité des forêts tout près des nuages, j'ai écouté avec elle la pluie et la nuit, j'ai regardé passer les processions de ma fenêtre et écouté le son des sonnailles ...Angélina Lanza Damiani : La maison dans la montagne

    Angélina Lanza Damiani : La maison dans la montagne

    "Du jardin, du pré, du bois, chacun se précipite à l'intérieur, en faisant un peu de remue-ménage : la servante, avec une grande brassée de  linge étendu au mauvais moment, les garçons avec leurs paniers à moitié pleins de fruits, la petite avec sa poupée, qui, justement, était en train de se promener." La première pluie de septembre ....


    6 commentaires
  • J'avoue, j'ai craqué ! A pleurer de rire ... la puce me piquait le livre et allait le lire en prenant son goûter, dans la voiture, sur le tabouret au lieu de faire son piano ...

    - Alban Orsini : Avec Maman

    J'ai aussi un grand garçon qui est parti vivre à Paris et "Croix de bois, croix de fer, si j'mens j'vais en enfer" on a eu les mêmes échanges de textos !!

    Du genre :

    "- Mais comment tu fais les coeurs ?

    -Tu fais "plus petit et Trois"

    - ???

    - ça c'est "point d'interrogation"

    - >>>>>>>>>>>>>>

    - nan ... l'autre sens 

     -<<<<<<<<<<

    - tu lâches le doigt !

    - <3

    - ben voila maman t'es plus blonde "

     

    - Alban Orsini : Avec Maman- Alban Orsini : Avec Maman- Alban Orsini : Avec Maman

    Dans le même esprit j'ai envie de relire ces deux très beaux livres : Le livre de ma mère d'Albert Cohen et La promesse de l'aube de Romain Gary 

    Les garçons et leur maman .... de belles histoires :-)

    - Alban Orsini : Avec Maman
    - Alban Orsini : Avec Maman


    7 commentaires
  • Tove Jansson : Le livre d'un étéTove Jansson : LE livre d'un été

    Tove Jansson est la créatrice des Moumines. C'est une femme fascinante qui a su garder tout au long de sa vie et dans ses textes l'espièglerie de l'enfance smile

    Tove Jansson : Le livre d'un étéJe suis fan ... Tove Jansson : Le livre d'un été

     Sophie et sa grand mère passent l'été sur une île en Finlande. Des pages pleines de tendresse et d'humour, un régal !

    Le jour où une tempête se déchaîne et où Sophie est inconsolable :

    "La barque, chuchota Sophie.

    Oui, et la serre. Et les glaïeuls qui n'avaient pas encore de tuteurs. Et les casseroles que j'ai  laissées dans l'eau près du rivage.

    Arrête ! cria Sophie.

    Mais la grand-mère continua sans réfléchir : Et puis, je pense à tous ceux qui sont en mer... Et à tous les bateaux qui seront détruits.

    Sophie la regarda fixement et s'écria: Comment peux-tu parler ainsi alors que tu sais que c'est ma faute. J'ai prié pour avoir la tempête et elle est arrivée. Elle se mit à sangloter accablée par tout un défilé de terribles visions : des bateaux et des glaïeuls complètement anéantis, des fenêtres et des gens, et toutes les casseroles roulant au fond de la mer, et le drapeau qui ne supportait pas le vent, et le plateau de l'égouttoir ! Oh ! mon Dieu, elle voyait tout réduit en miettes et à jamais perdu."

    S'ensuit un dialogue sur qui a prié en premier et qui a écouté Dieu en premier ... entre les prières pour le beau temps et la prière pour la tempête ...

    "Vois-tu, je suis arrivée la première dit la grand mère

    Comment ça ?

    Je lui ai fait ma prière avant toi, c'est tout.

    Quand l'as-tu faite ?demanda Sophie méfiante.

    Ce matin.

    Et malgré ça, s'écria Sophie sévèrement, malgré ça tu as emporté beaucoup trop peu de provisions et beaucoup trop peu de vêtements. Tu n'avais pas confiance en lui ?

    Si, bien sûr ... Mais je pensais que ce serait beaucoup plus passionnant sans ...

    Sophie soupira. Oui, dit-elle. c'est toujours comme ça avec toi! Tu as pris tes médicaments ?

    Oui.

    C'est bien. Maintenant tâche de dormir et d'oublier les ennuis que tu as provoqués dit Sophie. Je ne le dirai à personne.

    C'est gentil de ta part, dit la grand-mère."

     

    Tove Jansson : Le livre d'un été

     

     

     


    5 commentaires
  • Et si je revenais ?On peut dire que les derniers mois furent mouvementés ... déménagement, pas déménagement, cartons, pas cartons, déballage, remballage ....

    et ... mariage !

    Mais comme je vis toujours dans les bois, je me suis mariée avec un Loup ( of course ;-)

    Voili voilou les news

    Par contre mon rythme de lecture est passé de trois livres par semaine à un livre en trois mois sarcastic

    Et si je revenais ?


    10 commentaires
  • Argh  Les filles je cours tout le temps en ce moment ... et en plus ça glisse... ben oui, neige, verglas et tout et tout. A peine le temps de passer en coup de vent sur les blogs des copines et encore ...pas toujours !

    Mais je pense à vous toutes !!!


    11 commentaires
  •  

    -Le bloggeur convivial

    Ouahh j'ai été tagguée par Fondant :-) chouette !

    Alors tout d'abord ça me fait très plaisir et de toutes  façons c'est la règle 1

    1. Lorsque tu apprendras que tu as été désigné(e), te réjouir tu devras. Danser la gigue et arborer le logo de ce tag sur ton blog tu feras.
    2. Pour remercier celui ou celle qui t’a désignée, un petit texte tu rédigeras.
    3. Puis les 10 internautes les plus bavards sur ton blog tu nommeras.

    Danser la gigue c'est pas mon fort mais Hopla c'est parti, en avant la musique

    Remercier Fondant of course, d'autant plus que j'adooore aller sur son blog, c'est toujours plein de douceur, de chaleur, d'idées cocoon, ça me donne des envies de lecture irrépressibles et ça fait dangereusement ressembler ma PAL à la tour de Pise

    Les 10 bloggeuses les plus bavardes sont incontestablement : Milly, L'Or, Marielle, Touloulou, Château Imaginaire, Onee, Annie, Topinambulle , Sue et Fondant bien sûr !

    Voilou les filles et c'est toujours un bonheur ces petits mots qu'on poste les unes chez les autres !


    6 commentaires
  •  

    -Anne Perry- La detective de Noël-Anne Perry- La detective de NoëlBon ce n'est un secret pour personne je suis archi-nulle pour résumer un livre ... donc in extremis pour le challenge d'Onee qui se termine là maintenant tout de suite, voici les quatrième de couverture des trois derniers romans d'Anne Perry lus avec délices ces deux dernières semaines : donc oui, j'ai aimé cet univers fait de vieilles dames acariâtres, de jeunes femmes modèles, de gentlemen charmants au grand cœur, de rafales de vent glacé, de théières bouillantes et de chutes de neige romantiques ... voilou vous savez tout !

    La détective de NoËl :

    Pour Mariah Ellison, la grand-mère acariâtre et austère de Charlotte Pitt, ces fêtes de Noêl s’annoncent comme un véritable cauchemar être exilée contre son gré chez son ancienne belle-fille, au bord de la Manche, avait déjà mis ses nerfs à rude épreuve, la voilà maintenant obligée de supporter l’arrivée d’une invité de dernière minute, Maude Barrington. Cette aventurière a passé sa vie à parcourir le monde et, selon Mariah, l’existence même de cette personne est une insulte aux convenances victoriennes. Mais elle ne pourra s’empêcher d’être touchée par sa joir de vivre. Lorsqu’elle découvre un matin son corps sans vie, son sang ne fait qu’un tour. Le médecin conclut à une mort naturelle, mais, pour Mariah Ellison, cela ne fait aucun doute, Maude a été empoisonnée. Dans le plus grand secret, elle décide d’enquêter sur-le-champ et se rend dans la famille de la victime…"

    Le secret de NoËl

    En 1890, onze jours avant Noël, Clarice et son mari, le révérend Dominic Corde, arrivent dans le petit village de Cottisham, où ils viennent remplacer le révérend Wynter parti en congé pendant les fêtes. Séduit par leur nouvelle habitation, le couple s'apprête à couler des jours heureux. Mais très vite, certaines anomalies perturbent la quiétude de Clarice : en effet le Pasteur n'a emporté aucune de ses affaires et personne ne semble être au courant de ce voyage qu'il projetait de faire. Trois jours plus tard, la découverte macabre de son corps dans la cave confirme ses pires soupçons. S'appuyant sur d'infimes indices, Clarice commence à enquêter. Et les mensonges et autres mesquineries qui n'ont pas épargné le charmant village auraient pu transformer bon nombre de fidèles en lâche assassin.

    -Anne Perry- La detective de Noël                  Le voyageur de Noël

    "En ce Noël 1850, les frères Dreghorn se réunissent chez le plus âgé d'entre eux, Judah, dans son grand domaine de la région des lacs, en Angleterre. Mais l'heure n'est pas à la joie des retrouvailles. Judah vient de mourir dans des circonstances troubles, et sa veuve, Antonia, doit faire face à de terribles accusations portées contre son mari, un juge pourtant respecté. Pour l'épauler dans ces moments difficiles, elle fait appel à un vieil ami de la famille, Henry Rathbone. Avec l'aide de ses frères, Henry va tenter de faire la lumière sur cette affaire. Judah a-t-il été assassiné ? Et ces malheureuses insinuations, qui blessent l'honneur de toute une famille, pourraient-elles être fondées ? Dans ce nouveau conte de Noël inédit signé Anne Perry, Henry aura besoin de tout son sang-froid pour découvrir la vérité."

     


    9 commentaires
  •  

    Noël dans la maison des bois

    Noël dans la maison des bois

    Noël dans la maison des bois   La neige c'était la semaine dernière en arrivant au travail mais aujourd'hui c'est un Noël sous la pluie !!


    7 commentaires
  •  

    Des petites photos de chez moi ....

    Comme il fait très froid en ce moment et très beau ... ça donne des effets spéciaux dignes d'Hollywood ... je trouve ;-)

    Des petites photos de chez moi ....

     

    Des petites photos de chez moi ....


    7 commentaires
  •  

     

    - Anne Perry : La disparue de Noël

     Dans le cadre du challenge d'Onee, voici ma première lecture !

    Quelques jours avant Noël, la haute société est réunie dans le manoir d’Omegus Jones. Une jeune veuve est retrouvée morte noyée dans l'étang le lendemain matin.  La conversation houleuse et les allusions sarcastiques d’une convive la veille au soir semblent accuser cette dernière.  Pour retrouver sa place au sein de la société, elle devra remettre en mains propres à la mère de la défunte, une lettre que la malheureuse lui destinait. Elle doit parcourir l’Ecosse, en cette période de l’année où l'hiver est rude et le vent glacé. A la fin de chaque journée on se retrouve au coin du feu, dans des maisons qui réconfortent l’âme et le cœur. C’est un univers très féminin que décrit Anne Perry dans ce court roman. Les femmes de la société victorienne de l’époque, leurs amitiés, leurs inimitiés ainsi que leurs solidarités.

     

    J’ai adoré les tempêtes de neige, les robes prises dans la tourmente et qui sèchent au coin du feu, les repas qu’on partage le soir quand le vent souffle fort et qu’un bon lit douillet a été préparé par des hôtes attentionnés ….

     

    - Anne Perry : La disparue de Noël

    - Anne Perry : La disparue de Noël

    - Anne Perry : La disparue de Noël

    - Anne Perry : La disparue de Noël

    - Anne Perry : La disparue de Noël


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique